Connect with us

Canada

Comment immigrer au Canada en tant qu’analyste de base de données formé à l’étranger

Published

on

Les dernières données d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) montrent que l’immigration au Canada par des analystes de bases de données et des administrateurs de données formés à l’étranger est en plein essor, doublant presque au cours des deux premiers mois de cette année par rapport à la même période de 2022.

En janvier et février de cette année, 400 analystes et administrateurs de bases de données sont devenus de nouveaux résidents permanents du Canada, en hausse de 90,5 % par rapport aux 210 qui ont immigré au cours de la période comparable de l’année dernière, révèlent les données d’IRCC.

Advertisement

Au cours d’une année record pour l’immigration par les analystes et les administrateurs de bases de données en 2021, lorsque l’immigration au Canada a repris vie, le pays a accueilli 1 405 nouveaux résidents permanents venus pour occuper ces emplois.

L’année dernière, ce niveau d’immigration des analystes de la base de données a quelque peu fléchi, chutant d’environ 2,1 % à 1 375 nouveaux résidents permanents en 2022. Ce niveau d’immigration, cependant, était encore en hausse de 59,9 % par rapport aux 860 nouveaux résidents permanents qui sont venus au Canada pour faire ces emplois en 2019, la dernière année complète avant la pandémie de COVID-19.

Au niveau actuel d’immigration d’analystes et d’administrateurs de bases de données au Canada, le pays pourrait accueillir 2 400 de ces professionnels des technologies de l’information en 2023 si la tendance actuelle se maintient pour le reste de l’année.

Advertisement

En savoir plus Nouvelles sur l’immigration au Canada

Le Nouveau-Brunswick met fin aux invitations à l’immigration du Canada pour les travailleurs de la restauration pour le reste de l’année
Le bon départ du programme canadien de visa pour démarrage d’entreprise se maintient
Un rapport indique que le Canada a besoin de 30 000 agriculteurs immigrants au cours des 10 prochaines années


L’Ontario, la province la plus peuplée du Canada et un secteur technologique en pleine croissance en Amérique du Nord, attire sans surprise la part du lion des analystes de bases de données intéressés à immigrer au pays.

Advertisement

L’année dernière, cette province a attiré 970 nouveaux résidents permanents pour travailler comme analystes et administrateurs de bases de données, aidés par son programme d’immigration conçu pour recruter des talents technologiques, le Programme ontarien des candidats à l’immigration (POCI) Entrée express-lié Priorités en matière de capital humain flux.

L’Ontario sélectionne les candidats éligibles pour les tirages technologiques dans le bassin Entrée express parmi les candidats qui doivent satisfaire aux critères suivants :

Les personnes sélectionnées reçoivent une notification d’intérêt (NOI) de l’Ontario, puis soumettent une demande de nomination dans les 45 jours.

Advertisement

Si la candidature est approuvée, le candidat reçoit un certificat de nomination et 600 points sous son profil Entrée express.


Voir la vidéo

Advertisement

Lors du tirage Entrée Express suivant, ils recevront un Invitation à postuler (ITA) pour la résidence permanente qui doit être soumise dans les 60 jours.

La Colombie-Britannique, qui a accueilli l’an dernier 180 analystes et administrateurs de bases de données comme nouveaux résidents permanents, a sa propre Programme des candidats des provinces (PNP) pour recruter ces professionnels des TI formés à l’étranger.

Sous le Tech PNP C.-B. flux, les agents d’immigration de la Colombie-Britannique peuvent accélérer le traitement des candidats à l’immigration pour les professions technologiques en demande.

Advertisement

Grâce à des tirages hebdomadaires, des invitations sont lancées aux candidats ayant une expérience de travail dans l’une des 35 professions admissibles du secteur technologique de la Colombie-Britannique. Les candidats doivent toujours satisfaire aux exigences de base d’une catégorie ou d’un volet d’immigration applicable en Colombie-Britannique, y compris une offre d’emploi d’au moins un an d’un employeur de la province.

Alberta Accelerated Tech Pathway aide les travailleurs hautement qualifiés à immigrer dans cette province

À côté, l’Alberta a également un volet d’immigration pour aider les employeurs à recruter ces travailleurs qualifiés. L’an dernier, cette province des Prairies a accueilli 40 nouveaux résidents permanents venus occuper des postes d’analystes et d’administrateurs de bases de données.

Le Parcours technologique accéléré de l’Albertaqui relève du volet Entrée express du Programme des candidats immigrants de l’Alberta (AINP) offre une voie rapide vers l’immigration au Canada pour les candidats ayant des offres d’emploi dans l’une des 38 professions technologiques, y compris développeur de logiciels.

Advertisement

Sous le Classification nationale des professions (NOC), les développeurs de logiciels sont répertoriés sous le code NOC 21223.

Les ressortissants étrangers qui cherchent à immigrer au Canada par le biais du système Entrée express, y compris par le Catégorie de l’expérience canadienne (CEC), Travailleur qualifié fédéral (FSW), et Métiers spécialisés fédéraux (FST) et tous les programmes PCP liés doivent s’assurer qu’ils utilisent le bon code CNP 2021 maintenant que le Canada est passé au nouveau système de classification.

Certes, la demande est forte pour les analystes et administrateurs de bases de données au Canada.

Advertisement

“Alors que la dépendance numérique augmente et que les nouvelles technologies entraînent des changements dans tous les secteurs, les emplois technologiques augmentent”, rapporte le géant des ressources humaines Randstad. “Les entreprises continuent de signaler des pénuries de compétences, ce qui entraîne des changements dans les attentes salariales moyennes pour les meilleurs emplois dans la technologie.

« Les employeurs recherchent des candidats qualifiés capables de développer et d’affiner des solutions technologiques et d’utiliser l’analyse de données pour rationaliser les systèmes existants. D’autres emplois à la mode dans le secteur de la technologie impliquent le développement de systèmes de sécurité qui réduisent le risque de violation de données et la construction de l’architecture pour prendre en charge des systèmes de cloud computing stables pour les entreprises.

En avril, le site Web de recherche d’emploi Indeed.ca répertoriait 1 139 emplois pour les analystes de bases de données et 594 autres emplois pour les administrateurs de bases de données à travers le pays. Le site Web de recherche d’emploi et de planification de carrière Jobbank du gouvernement fédéral a évalué les perspectives d’emploi dans ce secteur de «bonnes» à «très bonnes» dans la majeure partie du pays pour au moins les trois prochaines années.

Advertisement

“Les salaires sont très compétitifs dans le secteur de la technologie, en partie à cause de graves pénuries de compétences”, note Randstad.

Les entreprises technologiques paient un salaire annuel moyen de 102 300 $

«En 2022, les salaires moyens variaient de 51 900 $ à 154 300 $, bien que certains postes puissent payer encore plus. Les attentes concernant les salaires en 2023 ont légèrement changé, avec une fourchette moyenne de 74 000 $ à 130 600 $ et une médiane de 100 100 $.

Les analystes et administrateurs de bases de données sont parmi les plus recherchés par les employeurs qui cherchent à recruter des ressortissants étrangers via le système Entrée express.

Advertisement

Les ressortissants étrangers qui souhaitent immigrer au Canada peuvent le faire par l’un des trois Système d’entrée express programmes et postulez pour résidence permanente en ligne s’ils répondent aux critères d’éligibilité.

Les employeurs canadiens peuvent également recruter et embaucher des ressortissants étrangers par l’entremise du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) et le Programme de mobilité internationale (LUTIN).

Le Volet mondial des talents (GTS), qui fait partie du PTET, peut, dans des situations de traitement normales, mener à l’octroi de permis de travail canadiens et au traitement des demandes de visa dans un délai de deux semaines.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *