Connect with us

Canada

De Montréal à Paris : le parcours de Kinounet entre installation au Québec et retour en France

Published

on

L’histoire de Kinounet est celle de nombreux immigrants qui cherchent de meilleures opportunités à l’étranger. Originaire de France, Kinounet a décidé de réaliser son rêve d’enfant en s’installant à Montréal, au Canada. Cependant, comme beaucoup d’autres, il a rencontré des défis imprévus qui ont façonné son expérience. Voici le récit de son parcours, de son arrivée à Montréal jusqu’à son retour en France des années plus tard, avec un bilan de vie partagé en mai 2024.

Advertisement

Bilan de Kinounet, 6 mois après son arrivée à Montréal, Posté le 3 janvier 2011

Bonjour tout le monde !

Montréal ? Un rêve d’enfant réalisé après un voyage, des amis sur place et une longue préparation, en lisant notamment ce forum.

Advertisement

Nous sommes arrivés ma conjointe et moi il y a six mois, avec un mois de retour en France avant de revenir.

Notre bilan ?

Nous trouvons ce pays très accueillant, avec beaucoup de sécurité, et il y fait meilleur vivre au quotidien qu’en France. Les gens râlent moins et respectent beaucoup plus les biens publics et les autres.

Advertisement

Nous aimons la diversité culturelle, le non-racisme visible, et l’ambiance particulière de cette ville qu’est Montréal.

Vivre à Montréal, c’est bien, mais pour y vivre il faut travailler, et c’est là que le problème se pose.

J’ai eu un premier job à Couche-Tard grâce à un ami qui y travaille, mais le magasin où j’étais affecté était assez loin de mon lieu de résidence, et donc pas forcément de transports en commun disponibles aux différents horaires tôt le matin ou tard la nuit.

Advertisement

J’ai eu un autre emploi en centre d’appel où je suis resté deux mois, car il y avait beaucoup de calculs à faire et ce n’est pas mon fort. Bref, en gros, 25 % des gens ne restent pas plus d’un mois dans ce centre d’appel, et j’en ai fait partie. En dehors de ça, j’ai fait des salons de l’emploi, postulé sur internet, en porte-à-porte, là où il y a des affiches (on embauche), là où il n’y en a pas, en essayant le réseautage… Bref, pas beaucoup de retours, quelques entrevues, mais aucun job à la clé.

Les agences de placement n’ont rien donné non plus, et en discutant avec d’autres immigrés (français, belges, sénégalais…), nous avons tous eu la même réaction : le boulot n’est pas si simple à décrocher.

D’autres, rencontrés au gré du hasard, ont décidé de repartir, et certains, depuis quelques années ici, ont du mal à “décoller” et restent pour des raisons familiales (pour ceux que je connais).

Advertisement

Voilà, tout ça pour dire que ce pays est vraiment merveilleux, mais l’emploi y est difficile. Notre but était bien Montréal et pas ailleurs, de plus quand on est engagé sur un appartement, il n’est pas si simple de s’en défaire si on ne trouve pas d’autres locataires.

Je ne suis pas diplômé mais ai une bonne voire très bonne expérience en service à la clientèle dans le tourisme, et mon amie est diplômée d’un master, parfaitement bilingue mais travaille toujours en centre d’appel…

Pour ceux qui liront ce message et qui ne sont pas encore installés, prenez bien soin d’être prêts à toutes éventualités. Certains travaillent plus facilement par rapport à leur domaine, ou par chance aussi, mais sachez que j’ai postulé dans tout type de jobs, jobines, avec le fameux CV à la québécoise, mais ce n’est pas si simple !

Advertisement

Nous avions prévu le coup, et ne sommes pas démunis, juste un peu déçus car tout le reste nous plaît, mais il faut quand même vivre !

Nous rentrons en France pour le printemps prochain où notre réseautage marche mieux qu’ici, et reviendrons certainement en vacances pour en profiter pleinement !!


Transition

Advertisement

Six mois après leur arrivée, Kinounet et sa conjointe se trouvent à la croisée des chemins. Leurs premières impressions de Montréal sont positives : une ville accueillante, une qualité de vie supérieure à celle de la France, et une diversité culturelle enrichissante. Cependant, ils sont confrontés à une réalité difficile : trouver un emploi stable et satisfaisant s’avère être un défi de taille.

Le sentiment de déception commence à s’installer malgré leur préparation minutieuse. La frustration de ne pas réussir à décrocher un emploi malgré leurs efforts incessants pèse lourdement. Les emplois temporaires et les refus successifs érodent peu à peu leur moral. Ils se retrouvent dans une situation où l’incertitude quant à leur avenir professionnel les pousse à envisager un retour en France, où leurs réseaux professionnels semblent plus prometteurs.

Pourtant, leur amour pour Montréal et leur désir de s’y établir durablement persistent. Ils sont partagés entre la volonté de rester et de surmonter ces obstacles, et la nécessité pragmatique de garantir une stabilité financière et professionnelle.

Advertisement

Posté par Kinounet, le 17 mai 2024

Bonjour tout le monde.

Voici une suite à mon propre post… quelques années plus tard.

Advertisement

Finalement, après une décision de rentrer en France 6 mois après notre arrivée, dans le doute de trouver un emploi et de ne pas perdre tout notre coussin financier, nous avons fini par trouver un emploi stable, réussi à acheter un appartement, et avons même eu notre fille sur le territoire, donc née Canadienne.

En 2016, suite à une séparation, nous avons décidé de rentrer en France pour faire une pause, un rapprochement familial pour notre fille âgée de 5 ans à ce moment-là, toujours sous la résidence permanente mais n’ayant pas fait la citoyenneté.

Pour ma part, je suis rentré officiellement en 2018.

Advertisement

Aujourd’hui, notre fille a 12 ans et veut refaire sa vie au Québec, ses études dans un premier temps, puis y rester vivre ensuite. (Projet de 12 ans à voir à 18…)

Pour ma part, avec ma fille, nous sommes revenus en vacances l’année dernière et j’ai appris que la résidence permanente ne se perd pas, même si elle n’est plus valable. Je ne sais donc pas pourquoi elle ne se “périme” jamais en fait. Par contre, j’ai dû y renoncer auprès de l’ambassade pour obtenir mon visa de voyage, les deux ne sont pas compatibles.

Je suis aujourd’hui âgé de 51 ans, ma résidence permanente abandonnée.

Advertisement

Si un jour ma fille vient vivre au Québec, nous ferons certainement le rapprochement familial, car refaire une résidence permanente après 50 ans est compliqué au niveau des points.

L’erreur majeure était de ne pas faire la citoyenneté.

Voilà, c’était juste un petit retour d’expérience que je voulais partager avec un conseil : faites votre citoyenneté dès que possible !

Advertisement

L’histoire de Kinounet illustre les défis et les opportunités que rencontrent les immigrants. Son parcours montre l’importance de bien se préparer avant de s’installer à l’étranger et de saisir les opportunités qui se présentent, tout en étant conscient des obstacles potentiels. Malgré les difficultés initiales, Kinounet a su rebondir et trouver une certaine stabilité avant de prendre la décision de retourner en France pour des raisons familiales.

Et vous ?

Avez-vous vécu une expérience similaire ou envisagez-vous de vous installer à l’étranger ? Quels sont vos appréhensions et vos espoirs face à ce type de projet ? Partagez vos histoires et vos questions dans les commentaires ci-dessous. Votre témoignage pourrait aider d’autres personnes dans la même situation !

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *