Connect with us

Canada

Étude : Les femmes immigrées comblent l’écart entre les sexes en matière de capital humain

Published

on

Publié le 29 avril 2023 à 09h00 HAE

Advertisement


Les femmes immigrantes ont largement contribué au capital humain global du Canada.

Statistique Canada a publié une nouvelle étude qui démontre la contribution des femmes au niveau global du capital humain au Canada de 1970 à 2020 (50 ans).

L’étude, Accumulation du capital humain au Canada, 1970 à 2020 : une analyse selon le sexe et le rôle de l’immigration, définit le capital humain comme les connaissances et les compétences d’un individu qui découlent de l’éducation, de la formation et de l’expérience, mesurées comme la valeur actuelle de l’avenir gains. Il dit que le capital humain est la composante la plus importante de la richesse totale.

Advertisement

Par exemple, le capital humain d’une personne correspond à ses revenus actuels et à ce qu’elle peut espérer gagner jusqu’à sa retraite. Le gouvernement calcule cela en utilisant les données du recensement, des enquêtes sur la population active, l’espérance de vie et les taux de mortalité.

Découvrez si vous êtes admissible à l’immigration canadienne

Si une personne fait un investissement important dans ses études ou acquiert d’une manière ou d’une autre une expérience de travail qui ajoute une valeur significative à sa carrière, son niveau de capital humain augmentera avec ses nouveaux revenus attendus.

Advertisement

Immigrants et capital humain au Canada

On a constaté que les immigrants canadiens des deux sexes avaient un capital humain moyen inférieur à celui des personnes nées au Canada.

Pourtant, l’étude montre que les immigrants ont considérablement augmenté leur contribution à la croissance moyenne du capital humain au Canada. C’est en grande partie parce que le Canada a augmenté le nombre d’immigrants. En 1970, le Canada accueillait 147 700 immigrants. Fin 2019, ce nombre est passé à 341 000 et on s’attend à ce que d’ici la fin de 2025, le Canada atteindra son objectif d’accueillir 500 000 nouveaux résidents permanents chaque année.

Les femmes et les hommes immigrés ont tous deux accru la croissance de leur capital humain au fil du temps. Après 1995, les immigrants représentaient environ 40 % de la croissance globale du capital humain au Canada. L’étude attribue 56 % de cette croissance aux hommes immigrants et 44 % aux femmes immigrantes. Avant 1995, les immigrants représentaient environ 18 % de la croissance totale du capital humain au Canada.

Advertisement

Entre 1995 et 2020, le nombre d’immigrants dans la population en âge de travailler est passé de 19 % à 25 %, et la croissance du capital humain moyen des immigrants a dépassé celle de la population née au Canada (0,88 % par année pour les immigrants c. 0,62 % par année pour la population née au Canada).

Les immigrants représentent maintenant près du quart de la population totale du Canada et sont responsables de près de 100 % de la croissance de sa population active et de 75 % de sa croissance économique.

Écart entre les sexes entre les immigrantes et les Canadiennes

La part du capital humain total représentée par les femmes est passée de 30 % en 1970 à 41 % en 2020.

Advertisement

L’augmentation de cette part a été beaucoup plus rapide jusqu’en 1995 en raison de la nombre élevé de femmes qui se joignent à la population active du Canada. De 1970 à 1995, la part du capital humain des femmes est passée de 30 % à 39 %. De 1995 à 2020, la part a légèrement augmenté, passant de 39 % à 41 %.

Même si l’écart entre les sexes (capital humain des femmes par rapport à celui des hommes) s’est rétréci au fil du temps, il s’est avéré qu’il était toujours important entre les femmes immigrantes et les femmes nées au Canada. En 1970, les femmes immigrantes possédaient environ 31 % du capital humain des hommes immigrants, tandis que les femmes nées au Canada avaient 36 % du capital humain en tant qu’hommes nés au Canada.

Entre 1970 et 2020, l’écart entre les sexes s’est rétréci à un rythme similaire pour les femmes immigrantes et canadiennes (66 % et 71 %, respectivement, en 2020).

Advertisement

L’étude a révélé que des écarts entre les sexes parmi les immigrants existaient pour presque tous les groupes d’âge et niveaux d’éducation, en particulier pour les femmes immigrantes ayant un diplôme d’études secondaires ou moins.

L’étude note qu’une augmentation de la richesse totale par habitant résultant d’une plus grande participation des femmes à la population active, d’un niveau d’éducation plus élevé pour les femmes ou d’une augmentation des revenus des femmes, signale un niveau élevé de revenu futur pour une nation.

L’étude conclut qu’il devrait y avoir des politiques qui augmentent la participation au marché du travail, les revenus et les heures travaillées des femmes maintenant pour augmenter le capital humain et le revenu des femmes à l’avenir.

Advertisement

Découvrez si vous êtes admissible à l’immigration canadienne

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *