Connect with us

Canada

Immigration au Canada ? Un piège démographique ?

Published

on

Spread the love

Immigration et logement au Canada

Le Canada fait face à un dilemme complexe liant l’immigration à la crise du logement. Des consultants et des politiciens expriment leurs opinions sur cette query épineuse, renforcée par de récentes données économiques.

Advertisement

Données économiques récentes
Selon les économistes Stéfane Marion et Alexandra Ducharme de la Banque Nationale, le Canada semble être tombé dans un “piège démographique”. Les données révèlent une hausse significative des loyers de 7,7 % sur 12 mois, mettant en évidence un déséquilibre entre la croissance démographique rapide et la development insuffisante de logements. Pour répondre à la demande actuelle et réduire l’inflation des coûts de logement, le Canada devrait théoriquement doubler sa capacité de development.

Tableau : Croissance démographique et mises en chantier au Canada

Année Inhabitants Mises en chantier
2021 424 000 271 000
2022 825 000 262 000
2023 1 250 000 240 000

Le Premier Ministre met en avant deux choices face aux défis actuels : réduire considérablement l’immigration, ce qui pourrait nuire à la main-d’œuvre et à la croissance économique, ou augmenter rapidement la development de logements. Trudeau souligne les capacités du Canada en matière de development et l’significance de continuer à grandir et à prospérer en tant que pays.

Advertisement

« Il y a vraiment deux choices : bien, on réduit de façon large nos cibles d’immigration, ce qui va faire mal à la pénurie de main-d’œuvre, à la croissance économique, ou bien on trouve une façon de bâtir beaucoup plus de logement plus rapidement. Et c’est à ce niveau-là, parce que c’est quelque selected qu’on a déjà fait en tant que pays, c’est quelque selected qu’on est en prepare de faire, pour pouvoir continuer d’avoir un pays croissant et et prospère. » Justin Trudeau, Premier Ministre du Canada.

Jean-François Lisée, analyste politique, offre une critique pointue de la réponse du gouvernement à la crise. Il souligne qu’avec un million de nouveaux arrivants au Canada l’an dernier, et presque autant l’année précédente, si l’immigration était la resolution à la pénurie de main-d’œuvre, il n’y aurait plus de pénurie. Selon lui, chaque immigrant crée autant de besoins d’emploi qu’il en comble, ce qui rend l’immigration un jeu à somme nulle en termes de main-d’œuvre. Il ajoute que la Banque Nationale du Canada a indiqué que le Canada se trouve dans un “piège de inhabitants” qui alimente l’inflation. Lisée considère la scenario actuelle non pas comme un problème, mais comme une crise du logement ayant des répercussions sur le pouvoir d’achat, l’itinérance, et les companies publics, une crise qu’il juge être le résultat de décisions volontaires du gouvernement.

« Tu peux avoir de bonnes raisons d’avoir une forte immigration, tu peux vouloir rester un pays du G7, tu peux vouloir doubler ton ton PIB et cetera, mais ce n’est pas pour la pénurie de main-d’œuvre, il va, un immigrant nécessite la création d’un nouvel emploi en plus de celui qu’il comble, ça ne peut pas régler la scenario. […] Donc si on augmente le nombre de maisons par 2, 3 %, on ne peut pas augmenter notre inhabitants plus rapidement que ça, c’est, c’est, ce n’est même pas une query d’être professional ou anti-migrant, c’est une query d’être professional mathématique. » Jean-François Lisée.

Michelle Courchesne, experte en politique, aborde le problème sous l’angle économique, pointant du doigt l’affect des taux d’intérêt et de l’inflation sur la development de logements. Elle déplore le manque d’anticipation et de planification du gouvernement Trudeau, soulignant l’significance cruciale du logement comme besoin essentiel.

Advertisement

Pierre Poilievre, Chef Conservateur
Poilievre, tout en se défendant d’être anti-immigrants, suggest d’arrimer la croissance de l’immigration à celle des mises en chantier, suggérant une approche plus mesurée.

Implications des données économiques
Les économistes de la Banque Nationale soulignent que la croissance démographique, principalement due à l’immigration, est un impediment au bien-être économique. Le PIB réel par habitant stagne, et le inventory de capital privé non résidentiel diminue. Ils préconisent de limiter le nombre d’immigrants pour réduire la pression sur le logement.

Advertisement

Les données économiques récentes et les opinions des consultants et politiciens mettent en lumière les défis auxquels le Canada est confronté en matière d’immigration et de logement. Un équilibre entre l’accueil d’immigrants et la disponibilité de logements semble être la clé pour une croissance harmonieuse et sturdy. La query demeure : le Canada doit-il revoir sa stratégie en matière d’immigration et de development de logements ?

Vos réflexions sont les bienvenues. Partagez vos opinions dans les commentaires ci-dessous.

Supply : Radio-Canada

Advertisement

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *