Connect with us

Canada

Le Canada s’oriente vers une réduction de ses résidents temporaires

Published

on

Spread the love

Le gouvernement canadien, guidé par Marc Miller, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, a lancé un plan ambitieux pour réduire la proportion de résidents temporaires au sein de sa inhabitants. Actuellement à 6,2 %, l’objectif est de diminuer ce chiffre à 5 % d’ici 2027. Cette initiative survient dans un contexte de dépendance croissante du pays envers les travailleurs temporaires, soulignant une préoccupation pour la pérennité de son modèle d’accueil et d’intégration.

Advertisement

Le Canada se trouve au carrefour de défis mondiaux majeurs tels que les changements climatiques, les crises économiques et politiques, les violations des droits de l’homme, et les conflits armés. Ces facteurs ont contribué à un afflux considérable de résidents temporaires, y compris près de 300 000 Ukrainiens fuyant la guerre dans leur pays. Cette state of affairs met une pression sans précédent sur les companies sociaux canadiens, déjà sollicités par des volumes historiques de demandeurs d’asile.

Face à ces enjeux, le gouvernement a déjà initié des mesures restrictives, notamment en limitant la durée de séjour des nouveaux étudiants étrangers et en ajustant les critères d’admissibilité à certains permis de travail. Ces actions visent à atténuer les abus potentiels et à mieux aligner l’accueil des résidents temporaires avec les besoins du marché du travail canadien.

Le ministre de l’Emploi et du Développement de la main-d’œuvre, Randy Boissonnault, a aussi participé à cet effort de rééquilibrage en adaptant les règles relations au Programme des travailleurs étrangers temporaires, signifiant un resserrement des situations d’accès à cette main-d’œuvre étrangère.

Advertisement

Cette démarche n’est pas isolée. Le gouvernement fédéral mise sur un effort concerté avec les provinces et territoires, envisageant des discussions futures pour harmoniser les objectifs nationaux avec les capacités d’accueil locales. La province de Québec, exprimant déjà une certaine saturation en termes d’accueil, se montre attentive et exigeante quant à la mise en œuvre de ces changements.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *