Connect with us

Canada

Le gouvernement québécois envisage d’exempter d’autres étudiants hors Québec dans les universités francophones

Published

on

Spread the love

Le gouvernement québécois de François Legault a récemment annoncé une réforme majeure dans le domaine de l’éducation en imposant un tarif plancher aux étudiants universitaires canadiens non résidents de la province et également certains étudiants internationaux. Cette réforme a suscité des réactions mitigées, notamment de la half des universités anglophones et de certains politiciens. Toutefois, le gouvernement discover désormais la possibilité d’exempter les étudiants canadiens (hors Québec) qui choisissent de fréquenter des universités francophones de cette réforme.

La semaine dernière, la ministre de l’Enseignement supérieur du Québec, Pascale Déry, a dévoilé la réforme qui fixe un tarif plancher d’environ 17 000 $ par an pour les étudiants canadiens non résidents du Québec qui s’inscrivent dans des programmes de 1er et 2e cycle professionnel. Cette mesure vise à encourager une plus grande équité entre les établissements francophones et anglophones, tout en luttant contre le déclin du français au Québec.

Advertisement

Au milieu de cette réforme controversée des tarifs universitaires au Québec, les étudiants internationaux français, belges et d’autres nationalités ont eu un soupir de soulagement puisqu’ils continuent de bénéficier d’ententes spéciales avec la province. À partir de septembre 2024, ces étudiants continueront de profiter des tarifs préexistants pour poursuivre leurs études au Québec.

Face aux annonces controversées à propos des étudiants du reste du Canada, le premier ministre François Legault a souligné que ces mesures étaient nécessaires pour atteindre les objectifs de survie de la langue française au Québec. Actuellement, les universités anglophones représentent 25 % des locations totales des universités dans la province, un chiffre jugé disproportionné par rapport à la inhabitants anglophone du Québec.

Advertisement

Cette réforme a suscité des inquiétudes parmi les universités anglophones, qui craignent que l’augmentation des frais de scolarité n’entraîne une baisse du nombre d’étudiants non résidents du Québec qui fréquentent leurs établissements. De plus, certains estiment que cette réforme ne répond pas efficacement à la query de la survie de la langue française au Québec.

Face à ces préoccupations, le cupboard de la ministre Déry a annoncé qu’il envisageait une exemption pour les étudiants canadiens non résidents du Québec qui choisissent de fréquenter une université francophone de la province. Cette proposition vise à atténuer l’affect de la réforme sur les étudiants canadiens désireux de poursuivre leurs études en français.

La query des tarifs universitaires au Québec reste donc au centre des débats, suscitant des discussions sur l’équité linguistique et l’accessibilité à l’éducation supérieure dans la province. Le gouvernement proceed d’explorer des options pour répondre à ces préoccupations tout en poursuivant son objectif de protéger et de promouvoir la langue française au Québec.

Advertisement

Supply : La Presse

Crédit Photograph : immigrer.com, Université McGill, Montréal

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *