Connect with us

Canada

Le Québec dit qu’il ne peut accueillir que 50 000 immigrants malgré l’énorme augmentation de l’admission au Canada

Published

on

Le Québec n’augmentera pas l’immigration après la publication du dernier plan du Canada qui établit des objectifs record pour les trois prochaines années, a déclaré la ministre de l’Immigration Christine Fréchette.

“C’est au Québec de fixer ses propres objectifs d’immigration permanente”, a tweeté mardi en français le nouveau ministre de l’Immigration.

Advertisement

« La limite supérieure pour le Québec est maintenant de 50 000 (nouveaux résidents permanents) en raison de notre capacité d’accueil, d’offre de services en français et d’intégration.


En savoir plus Nouvelles sur l’immigration au Canada

Le Canada augmentera l’immigration à 500 000 par an d’ici 2025
Christine Frechette succède à Jean Boulet au poste de ministre de l’Immigration du Québec
Élection au Québec : les implications pour l’immigration après la victoire de la CAQ

Advertisement

Le ministre de l’Immigration de la province francophone soutient que le Québec accueille déjà proportionnellement plus d’immigrants que les États-Unis ou la France.

« Notre position est restée la même : nous avons besoin de plus de contrôle sur l’immigration pour protéger la langue française », a tweeté Fréchette.

Dans ce tweet – retweeté par le premier ministre du Québec François Legault sans autre commentaire – la ministre de l’Immigration du Québec a écrit qu’elle poursuivrait les discussions avec le ministre fédéral de l’Immigration, Sean Fraser.

Advertisement

Legault aurait soutenu son ministre de l’Immigration et réitéré sa position prise lors de la campagne électorale avant les élections provinciales plus tôt cette année selon laquelle le Québec ne peut pas gérer plus de 50 000 nouveaux résidents permanents par an.

Dans le Plan des niveaux d’immigration 2023-2025 dévoilé plus tôt cette semaine, Ottawa vise 465 000 nouveaux résidents permanents en 2023, 485 000 nouveaux résidents permanents en 2024 et 500 000 en 2025.

Cela représente un total de 1,45 million d’immigrants au Canada au cours des trois prochaines années.

Advertisement

En vertu d’une entente provinciale-fédérale, la part annuelle du Québec de nouveaux résidents permanents doit être égale à son poids démographique au sein du Canada. Puisque la province compte 23 % de la population du pays, une cible nationale d’immigration de 465 000 nouveaux résidents permanents signifierait que le Québec pourrait accepter jusqu’à 106 950 nouveaux résidents permanents l’an prochain.

D’ici 2025, ce nombre passerait à 115 000.

Les données d’IRCC montrent que le Québec est déjà sur la bonne voie pour accueillir 68 265 immigrants cette année

Les dernières données d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) révèlent que le Québec avait déjà accueilli 45 510 nouveaux résidents permanents à la fin août.

Advertisement

Selon cette tendance, la province est déjà sur la bonne voie pour accueillir 68 265 nouveaux résidents permanents cette année. Ce serait 18 265, soit plus de 36,5 %, soit plus que ce que l’actuel ministre de l’Immigration de la province soutient que le Québec peut accepter.

Au Québec, l’immigration était un sujet brûlant l’été dernier, des groupes d’entreprises réclamant des niveaux d’immigration considérablement plus élevés pendant la campagne électorale pour résoudre les graves pénuries de main-d’œuvre dans la province.


Regarder la vidéo

Advertisement


Véronique Proulx, présidente de l’association de l’industrie manufacturière et exportatrice des Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ), aurait demandé que la province accueille jusqu’à 90 000 immigrants par an avant les élections.

«Nous savons que les pénuries de main-d’œuvre ne peuvent pas être résolues en un clin d’œil et il faudra une série de stratégies travaillant en tandem pour réduire l’impact du manque de travailleurs», a déclaré Proulx dans un communiqué en français.

Advertisement

En amont de la campagne électorale pour l’élection provinciale, le MEQ et trois autres associations d’affaires, le Conseil du Patronat du Québec (CPQ), le regroupement patronal du Conseil du Patronat du Québec (CPQ), l’association des chambres de commerce de la Fédération des Chambres de Commerce du Québec (FCCQ) et la Fédération La Canadienne de l’Entreprise Indépendante (FCEI), une association d’entreprises indépendantes, a fait pression sur les partis politiques provinciaux pour qu’ils prennent une série de mesures pour résoudre les pénuries de main-d’œuvre, y compris une augmentation massive de l’immigration.

Les libéraux et les groupes d’affaires voulaient que l’immigration au Québec soit portée à 70 000 immigrants par an

Les libéraux provinciaux, qui ont été battus à plate couture le jour des élections, ont repris la question de l’immigration, pressant Legault d’augmenter considérablement les objectifs d’immigration de la province.

La chef libérale provinciale, Dominique Anglade, a demandé jusqu’à 70 000 nouveaux résidents permanents chaque année.

Advertisement

« Cette année, le Québec en accueillera globalement autant », aurait-elle prédit en français. « C’est la politique de François Legault, 70 000 personnes. Si on a la capacité d’accueillir 70 000 immigrants, je pense qu’on devrait se baser sur ce chiffre et on en discute dans toutes les régions du Québec.

Legault a refusé de bouger.

Dans la semaine précédant les élections, il est allé jusqu’à un commentaire controversé pour décrire une augmentation substantielle de l’immigration dans la province comme quelque chose qui serait un suicide culturel pour la culture québécoise.

Advertisement

« Tant que nous n’aurons pas stoppé le déclin du français », a déclaré le premier ministre aux chefs d’entreprise, « je pense que, pour la nation québécoise, qui veut protéger le français, ce serait un peu suicidaire d’augmenter (l’immigration) ».

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *