Connect with us

Canada

Le Québec se penche sur les permis fermés des travailleurs temporaires

Published

on

Le Québec qui tient depuis quelques jours des audiences à la Fee des relations avec les citoyens sur la planification de l’immigration au Québec pour la période 2024-2027, a décidé de se pencher sur le type des travailleurs temporaires étrangers et l’épineuse query des permis “fermés”. Avec ce permis, le travailleur est lié à un employeur spécifique, ce qui signifie que le travailleur ne peut pas changer d’emploi sans un nouveau permis.

Le gouvernement québécois a chargé la Fee des partenaires du marché du travail (CPMT) d’évaluer l’impression du permis de travail dit « fermé » sur le marché du travail québécois et sur les travailleurs. Dans la pratique, les permis “fermés” peuvent créer un déséquilibre de pouvoir potentiellement exploitable entre l’employeur et le travailleur. De nombreux cas d’abus liés à ce système ont été récemment rapportés, suscitant l’indignation du public et mettant sous pression sur le gouvernement pour qu’il révise ces pratiques.

Advertisement

« Au cours des derniers mois, le permis de travail fermé délivré dans le cadre du PTET (Programme des travailleurs étrangers temporaires) a été une supply de préoccupations au sein de la société civile, a déclaré Christine Fréchette, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec, automotive il peut entraîner des conditions de vulnérabilité en cas d’abus de la half de l’employeur. Bien que des mécanismes de surveillance et d’info ont été mis en place au cours des dernières années, notamment avec la CNESST (Fee des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail), nous voulons procéder à une analyse plus approfondie de nos moyens pour offrir plus de flexibilité aux immigrants temporaires. J’ai été très touchée par les témoignages qui m’ont été transmis au cours de la dernière année, et je comprends les défis auxquels font face ces personnes. C’est pourquoi nous croyons que la CPMT est la bonne occasion pour effectuer cette analyse détaillée et trouver des opportunités d’amélioration pour leur scenario. »

Depuis 2019, une exception a été mise en place par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada qui permet la délivrance d’un permis de travail ouvert pour les travailleurs considérés comme vulnérables. C’est un pas dans la bonne course, mais le débat sur la généralisation de ces permis reste ouvert.

Advertisement

Ainsi Christine Fréchette, la ministre québécoise de l’Immigration, souhaite une analyse approfondie de cette query. Certains partis politiques québécois, comme Québec solidaire, plaident pour une approche plus radicale, mettant fin au système actuel des permis fermés. D’autres, dont Mme Fréchette, évoquent des alternate options comme des permis régionaux ou sectoriels.

rnrnttttnttttnttttnttttttttnttttnttttntttt”,”physique”:”ttttnttttnttttntttt”,”footer”:””},”superior”:{“header”:”tt rntttrntttrntttrntttrntttrntttrntttrntttrntttrntttrntttrntttrntttrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrnrntt rntt rntt rntttrnrn”,”physique”:””,”footer”:””}}”,”gdpr_scor”:”true”,”wp_lang”:””};

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *