Connect with us

Canada

Le Québec veut davantage de travailleurs étrangers en building

Published

on

Spread the love

Jean Boulet, le ministre québécois du travail et anciennement ministre de l’immigration, a récemment exprimé son désir d’accroître le nombre de travailleurs étrangers temporaires dans le secteur de la building, soulignant l’significance de valoriser adéquatement leurs compétences et expériences. Cette déclaration intervient dans un contexte où l’industrie de la building au Québec fait face à une pénurie critique de main-d’œuvre.

Lors du congrès de l’Affiliation des professionnels de la building et de l’habitation du Québec (APCHQ), M. Boulet a mis l’accent sur la nécessité d’une reconnaissance juste et équitable des {qualifications} des travailleurs étrangers pour éviter qu’ils ne soient perçus ou utilisés comme une main-d’œuvre bon marché. Sa imaginative and prescient inclut l’utilisation de diverses ressources comme les femmes, les jeunes, les personnes handicapées, les membres des Premières Nations, les minorités visibles et les travailleurs issus de l’immigration.

Advertisement

En parallèle, le gouvernement fédéral a prolongé des mesures autorisant jusqu’à 30% de travailleurs étrangers dans le secteur de la building, une initiative visant à répondre à l’urgence de la scenario. Malgré cela, le Québec, représentant 23% de la inhabitants canadienne, n’enregistre que moins de 1,2% des demandes pour ces travailleurs. Cette disproportion souligne le besoin criant d’motion dans la province.

Comparez les meilleures offres de eSIM

Guillaume Houle, porte-parole de l’Affiliation de la building du Québec (ACQ), insiste sur le déficit imminent de 10 000 à 15 000 travailleurs dans le secteur pour l’année suivante, accentuant l’urgence de trouver des options. Les entrepreneurs, comme Pierre Boivin, président des Constructions Boivin, expriment également leur frustration face aux obstacles bureaucratiques et aux délais qui entravent l’embauche de travailleurs étrangers désireux d’aider.

Advertisement

En dépit des craintes que les travailleurs étrangers puissent être sous-payés, des voix s’élèvent pour rassurer que leurs salaires seront alignés sur ceux des travailleurs locaux. Le respect de l’équité salariale est essential pour la dignité et la valorisation de ces travailleurs dans l’industrie.

Le ministre canadien de l’emploi, Randy Boissonnault, affirme que le programme vise à soutenir plutôt qu’à freiner la croissance des salaires. Les secteurs éligibles à cette main-d’œuvre étrangère ne se limitent pas à la building ; ils s’étendent à la fabrication de produits alimentaires, de bois, de meubles, ainsi qu’aux companies d’hébergement, de restauration et aux soins infirmiers.

L’initiative du ministre Boulet et les mesures gouvernementales soulignent une approche proactive pour résoudre la crise de main-d’œuvre dans la building. Elles représentent un pas vers une industrie plus inclusive et diversifiée, succesful de répondre aux défis économiques et démographiques actuels. Cet effort collaboratif entre gouvernements, associations et entrepreneurs semble essentiel pour assurer un avenir dynamique et steady à l’industrie de la building au Québec.

Advertisement

supply : Journal de Montréal

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *