Connect with us

Canada

L’Ontario va bannir la barrière de l’expérience canadienne

Published

on

Spread the love

Les nouveaux Canadiens possèdent une précieuse expérience professionnelle, mais au fil des ans, le manque d’expérience de travail au Canada est devenu un impediment fréquent pour décrocher un emploi correspondant à leurs aspirations. Mais une nouvelle loi en Ontario compte éliminer cette barrière à la mise en pratique de leurs compétences. L’Ontario devient la première province canadienne a aller de l’avant avec cette levée de restrictions pour les nouveaux arrivants.

En effet, au fil des ans, de nombreux immigrants se sont retrouvés piégés par l’obligation d’acquérir une expérience canadienne préalable avant de pouvoir postuler à de nombreux emplois au Canada. Les nouveaux arrivants dans ce pays connaissent trop bien ce syndrome. Ils avaient besoin d’une expérience canadienne pour obtenir un emploi. Mais ils ne pouvaient pas acquérir cette expérience sans en avoir déjà un.

Advertisement

Heureusement, le gouvernement de l’Ontario vient d’annoncer son intention de présenter une législation visant à interdire l’utilisation de l’expérience de travail canadienne comme exigence dans les offres d’emploi ou sur les candidatures.

“Pendant bien trop longtemps, de nombreuses personnes arrivant au Canada ont été dirigées vers des emplois sans avenir pour lesquels elles sont surqualifiées”, a déclaré David Piccini, ministre du Travail, de l’Immigration, de la Formation et du Développement des compétences.

L’exigence d’une expérience canadienne a été un impediment majeur pour les nouveaux arrivants dans leur recherche d’emplois correspondant à leurs {qualifications} et à leur expérience. Il ne fait guère de doute que cette exigence a été utilisée à des fins discriminatoires, notamment étant donné qu’une étude de 2017 a révélé une discrimination de la half des employeurs à l’égard des candidats portant des noms chinois, indiens ou pakistanais pour décider d’accorder des entretiens.

Advertisement

Même après avoir vécu au Canada pendant 15 ans, les immigrants titulaires de diplômes universitaires étaient encore beaucoup plus susceptibles que les personnes nées au Canada de rester coincés dans des emplois peu qualifiés.

La reconnaissance que “l’expérience canadienne” avait plus à voir avec la connaissance de la tradition ou de l’identité canadienne que avec la career réelle a été faite depuis longtemps par de nombreuses events prenantes.

En 2014, le Commissaire à l’équité de l’Ontario a appelé les ordres professionnels à supprimer cette exigence après que la Fee ontarienne des droits de la personne l’ait reconnue comme une “discrimination prima facie”.

Advertisement

Une décennie plus tôt, Statistique Canada avait déjà identifié le manque d’expérience canadienne comme le principal impediment à un travail significatif, généralement la clé pour s’installer, s’intégrer et progresser dans un nouveau pays, auquel étaient confrontés les nouveaux arrivants.

De nombreux immigrants étaient obligés de chercher un emploi peu qualifié en dehors de leur domaine d’experience ou de faire du bénévolat ou des levels non rémunérés pour acquérir de l’expérience canadienne.

En 2015, le Convention Board du Canada estimait que la reconnaissance des compétences des immigrants pourrait augmenter les earnings de plusieurs milliards de {dollars} par an.

Advertisement

En 2019, la Fee ontarienne des droits de la personne a déclaré que l’exigence d’une expérience canadienne pour les nouveaux immigrants était une violation des droits de l’homme.

Des organisations telles que l’Affiliation des professionnels en ressources humaines et la Banque Royale du Canada avaient également plaidé contre cette barrière, et des défenseurs des immigrants avaient créé un mouvement appelé le projet Past Canadian Expertise.

En mai, Ingénieurs professionnels de l’Ontario, l’organisme de réglementation des ingénieurs, a annoncé la fin de l’exigence d’une expérience canadienne pour ceux qui demandent des licences.

Advertisement

En 2020, 55 % des candidats à l’IPO étaient formés à l’étranger et n’avaient pas d’expérience canadienne. En 2021, ce chiffre était passé à 63 %.

L’exigence n’était pas un moyen fiable d’évaluer les compétences ou les capacités, a déclaré l’IPO, la première affiliation professionnelle de l’Ontario à supprimer cette disposition des critères de candidature.

Elle a également déclaré qu’une “exigence stricte d’une ‘expérience canadienne’ peut entraîner une discrimination”.

Advertisement

Des études ont suggéré que seule environ un quart des immigrants formés à l’étranger en Ontario travaillaient dans des professions réglementées conformes à leur formation.

Le pays pourrait bénéficier considérablement d’une meilleure mise en relation rapide des nouveaux arrivants avec des opportunités correspondant à leurs compétences et à leur expérience, ce qui contribuerait à renforcer leur intégration et à répondre aux besoins en main-d’œuvre qualifiée des employeurs.

Supply : Toronto Star, Radio-Canada

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *