Connect with us

Canada

Malgré la fermeture des passages frontaliers non officiels, le Canada dépensera encore 1 milliard de dollars pour les demandeurs d’asile

Published

on

Spread the love

Malgré la signature d’un accord pour fermer les passages frontaliers non officiels, le Canada dépensera encore 1 milliard de dollars pour l’hébergement et les soins de santé des demandeurs d’asile et des réfugiés cette année.

Le Poste nationale Le quotidien a rapporté que le dernier budget d’Ottawa verrait 1 milliard de dollars dépensés au cours du prochain exercice, dont 530 millions de dollars pour Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) pour fournir des logements à court terme aux demandeurs d’asile.

Advertisement

Un autre montant de 469 millions de dollars sera dépensé pour fournir une couverture temporaire des soins de santé aux demandeurs d’asile et aux réfugiés qui ne sont pas encore admissibles à l’assurance-maladie provinciale ou territoriale.

Selon le journal, IRCC a révélé début mars qu’il avait fourni aux provinces et aux municipalités 551,6 millions de dollars depuis 2017 par le biais de son programme d’aide provisoire au logement (IHAP) pour « atténuer les pressions en matière de logement liées à l’asile ».

Le département canadien de l’immigration aurait également dépensé environ 136 millions de dollars supplémentaires entre le 20 mars 2020 et le 31 janvier 2023 pour des «hébergements temporaires» pour les migrants traversant illégalement à Roxham Road.

Advertisement

«Même ensemble, les totaux sont en moyenne inférieurs à 150 millions de dollars par an», rapporte le National Post.


En savoir plus Nouvelles sur l’immigration au Canada

Accueil de 3 150 réfugiés afghans de plus vers l’objectif du Canada d’en réinstaller 40 000
Le Canada vise à en accueillir beaucoup plus après avoir dépassé l’objectif de 20 000 réfugiés afghans
Le Canada promet 26,9 millions de dollars et s’engage à accueillir 4 000 réfugiés supplémentaires des Amériques

Advertisement

L’augmentation des dépenses d’hébergement et de soins de santé pour les demandeurs d’asile et les réfugiés n’est intervenue que trois jours après que le premier ministre Justin Trudeau et le président des États-Unis Joe Biden ont signé la dernière version de l’accord sur les tiers pays sûrs (STCA), une mesure destinée à combler une échappatoire qui permettait auparavant aux migrants d’entrer illégalement au Canada le long de sa frontière de près de 8 900 km avec l’Amérique.

L’accord est intervenu après des discussions entre Trudeau et le président américain lors du Sommet des Amériques à Los Angeles en juin dernier. À cette époque, le Canada s’était engagé à accepter 4 000 migrants de plus par année d’ici 2028.

En vertu du dernier accord STCA conclu entre les deux dirigeants, tout migrant tentant d’entrer illégalement au Canada doit être renvoyé aux États-Unis. Une fois sur place, ils peuvent faire une demande légale d’asile au Canada.

Advertisement

La route Roxham au Canada a vu 39 000 migrants entrer l’année dernière

La STCA, initialement encrée en 2004, n’appliquait cette politique qu’aux passages frontaliers officiels, laissant les migrants libres de traverser aux passages frontaliers non officiels, comme Roxham Road, et de rester au Canada en attendant des audiences ou des décisions sur leurs cas.

L’année dernière, quelque 39 000 migrants sont entrés illégalement au Canada à Roxham Road

Advertisement

Avec le nouveau STCA, ce flux de migrants illégaux s’est apparemment arrêté.

Mais les groupes de défense des droits des migrants protestent contre le nouvel accord. NewsMaxWorld rapporte que des dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le ministre de la Sécurité publique Marco Mendicino, ancien ministre de l’Immigration du Canada, pour exiger la fin de l’accord après la mort de huit personnes dans une tentative apparente de traverser la frontière illégalement.

“Les gens meurent”

Advertisement

“Les gens continuent de mourir”, aurait déclaré Syed Hussan, directeur exécutif de Migrant Workers Alliance.

“Le refus du statut de résident permanent est devenu une condamnation à mort dans ce pays.”

Ce groupe a organisé la manifestation et a remis une pétition avec des milliers de signatures appelant à la fin de la STCA et exigeant le statut de résident permanent pour tous les migrants.

Advertisement

Vidéo


En vertu de l’ETPS, le Canada est maintenant obligé d’accueillir 15 000 réfugiés supplémentaires d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale qui fuient la persécution et la violence au cours de l’année à venir.

Advertisement

Au cours des huit années qui se sont terminées en janvier 2023, le Canada a accueilli 230 370 réfugiés, dont 47 890 l’an dernier seulement, révèlent les dernières données d’IRCC.

Au cours des huit dernières années, le niveau annuel d’immigration de réfugiés au Canada a plus que doublé, faisant un bond de 145,6 % par rapport à 19 495 en 2015.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *