Connect with us

Canada

Réduction de 35% des permis d’études étrangers pour 2024

Published

on

Le Canada frappe fort en instaurant un plafond pour les étudiants étrangers afin de gérer les pressions sur les companies et le logement

Advertisement

Le gouvernement canadien, mené par le ministre fédéral de l’Immigration, Marc Miller, a annoncé une stratégie majeure pour rééquilibrer son approche de l’immigration étudiante. En réponse aux pressions croissantes sur les logements et d’autres companies essentiels, un plafond nationwide sur les étudiants étrangers acceptés au Canada sera mis en place pour les deux prochaines années.

Après avoir resserré les critères, cette initiative vise à réduire le nombre de permis d’études délivrés en 2024 de 35 % par rapport à l’année précédente, soit une réduction à environ 360 000 permis. Le ministre Miller a souligné que cette mesure est nécessaire pour gérer les effets de l’augmentation rapide du nombre d’étudiants étrangers, qui exerce une pression sur le logement, la santé et d’autres companies au Canada.

Le gouvernement prévoit de répartir le plafond de manière proportionnelle à la inhabitants de chaque province et territoire. Ainsi, certaines régions connaîtront des réductions plus significatives. Chaque province et territoire attribuera son quota à ses établissements d’enseignement désignés. Pour que les demandes soient prises en compte, elles doivent désormais être accompagnées d’une lettre d’attestation d’une province ou d’un territoire.

Advertisement

Les étudiants en maîtrise, doctorat, ainsi qu’au niveau primaire et secondaire, ne sont pas inclus dans ce plafond. Les détenteurs actuels de permis d’études ne seront pas affectés par ces nouvelles mesures. Le ministre a insisté sur le fait que ces mesures ne visent pas à pénaliser les étudiants étrangers, mais plutôt à garantir une éducation de qualité et une expérience enrichissante au Canada.

L’introduction de ces mesures intervient alors que les étudiants étrangers représentent une supply de revenus significative pour les établissements d’enseignement et les provinces, payant des frais de scolarité nettement supérieurs à ceux des résidents permanents ou des citoyens canadiens. En 2018, les étudiants étrangers ont apporté environ 21,6 milliards de {dollars} au PIB du Canada et soutenu près de 170 000 emplois.

Le gouvernement a également annoncé d’autres modifications, notamment l’inéligibilité des étudiants de certains programmes à un permis de travail postdiplôme et l’extension de la durée des permis de travail pour les diplômés de programmes supérieurs. Les conjoints des étudiants en médecine et en droit auront le droit de travailler au Canada, tandis que les conjoints d’étudiants à d’autres niveaux d’études ne seront plus admissibles.

Advertisement

Ces mesures, qui seront réévaluées dans deux ans, visent à réorganiser un système jugé désorganisé par le ministre Miller. Elles s’inscrivent dans une démarche de gestion responsable de la croissance démographique et de l’intégrité des companies au Canada. Le ministre a souligné l’significance de ces actions pour assurer l’équilibre et la qualité du système d’éducation canadien, tout en préparant le terrain pour des réformes futures.

Supply : Gouvernement du Canada

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *